Aurélie Filippetti 
39 ans, ministre de la Culture et de la Communication

La députée de Moselle, porte-parole du groupe PS à l’Assemblée, a soutenu François Hollande dans la primaire socialiste. Fille d’un sidérurgiste immigré italien, ancienne élue écologiste, incollable sur le dossier ArcelorMittal et romancière, Aurélie Filippetti a longtemps multiplié les étiquettes. Dans la campagne du candidat PS, cette agrégée de lettres classiques en a surpris plus d’un en jouant les «chauffeuses de salle» lors de grands meetings, de Vincennes ou de Paris-Bercy. Surtout, elle était en charge du pôle culture. Un rôle qui laissait présager un poste ministériel futur. Le candidat socialiste ayant promis la suppression d’Hadopi, la nouvelle ministre de la Culture aura pour délicate mission de rassurer et convaincre les acteurs concernés. Pour remplacer une loi qui a «opposé le public et les créateurs», «l’acte 2 de l’exception culturelle» devrait être lancé. Objectif : développer l’offre légale en matière de cinéma et de musique, favoriser la lutte contre la contrefaçon commerciale et chercher de nouvelles sources de financement auprès des principaux acteurs de l’internet, tels que Google et Amazon, mais aussi des fabricants de matériel informatique.

(source leparisien.fr)

Garde des Sceaux, ministre de la justice : Christine Taubira
Ministre du travail, de l’emploi et du dialogue social :  Michel Sapin

Ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique :  Fleur Pellerin