“Vos assertions concernant un prétendu accord passé par le Syndicat National des Journalistes (SNJ) et l’intersyndicale sur le dos des photojournalistes au bénéfice des “rédacteurs salariés de la presse” sont calomnieuses. Le Syndicat National de Journalistes (SNJ) milite pour l’unité de la profession. Il n’oppose pas les rédacteurs et photographes. Il a toujours défendu la place de la photographie dans l’information. Il n’a jamais encouragé les rédacteurs à faire, en plus de leur travail, celui des photographes.

Le SNJ et la coordination photojournalisme n’ont pas attendu PAJ pour dénoncer l’indigence du barème proposé par le ministère de la Culture. Nous vous signalons à toute fins utiles que la Une du dernier numéro du Journaliste, l’organe du SNJ, est consacrée à la dénonciation de ce barème. Contrairement à ce que vous écrivez, il n’a pas été négocié. La commission mixte paritaire à laquelle vous faites référence n’existe pas.

Plus d’un an après avoir signé, seule contre toute la profession, le triste “code de bonnes pratiques professionnelles”, PAJ découvre que “la situation des agences et des photographes s’aggrave”. Est-ce à dire que ce code n’a servi absolument à rien? De la part de votre association, qui lui a apporté sa modeste caution, ce serait courageux de le reconnaître.”